Les lauriers de la discorde

Il y a presque un mois on apprenait qu’il y avait un nouveau grand projet de bétonisation dans notre ville : les parpaings et le bitume vont bientôt remplacer les champs et les lauriers autour du sentier du même nom…

Fini la verdure entre le Pont de Wasquehal et la Rue de Marcq ?

Le projet

Deux jours avant son vote à la MEL, la majorité a appris aux habitants que le joli secteur verdoyant de 7 hectares autour du Sentier du laurier allait passer en zone construcible dans le cadre d’une modification du Plan Local d’Urbanisme. Et quel ne fut pas l’accueil des intéressés (et de la majorité des wasquehaliens) !

Tout d’abord vis à vis de la forme : faire une telle annonce 2 jours avant son vote et au cours d’une réunion de quartier sensée être un lieu de démocratie participative, c’est évidemment un gros pied de nez signifiant aux riverains que de toute façon la Mairie avait décidé que ce serait comme ça et que l’avis des habitants… comment dire… elle s’en… bon, on dira qu’on ne trouve pas les mots, mais on est sûr que vous comprenez le sentiment des intéressés !

Sur le fond ensuite, après les nombreux projets d’urbanisations lancés depuis l’arrivée de notre nouveau Maire est il vraiment nécessaire de laisser construire des Rabot-Dutilleul et Villogia sur le dernier grand espace de verdure de notre ville ? Combien de nouveaux logements, de quelle hauteur et avec quels accès ?
Si cet environnement unique est détruit, quels seront les impacts sur les écoulements d’eau (zone inondable) ?
A ce jour aucune réponse n’a été apportée par nos élus à toutes ces questions.

Une fois de plus il ne s’agit pas de remplacer une friche par des bâtiments neufs, il s’agit bien encore une fois de remplacer de la verdure par du béton.
Ce secteur ne pourrait il pas plutôt être une opportunité pour répondre aux besoins d’espace vedroyants dans notre commune, elle qui ne compte que 7,5 m2 d’espace vert par habitant, soit deux fois moins que dans des grandes villes comme Lille ou Roubaix et près de 4 fois moins que la moyenne de la MEL ? On nous dit que la MEL recherche des espaces verts désespérément, et chez nous à l’inverse les élus de la majorité veulent sacrifier nos derniers coins de verdure pour encore plus d’habitations (et évidemment d’entrées fiscales).

Les réactions

UPW

Les premiers à réagir ont été les élus d’Unis Pour Wasquehal sur les réseaux sociaux puis avec leur article Encore du béton à Wasquehal

Les écolos

Wasquehal en Transition a également vivement réagit à ce projet avec deux articles sur ce sujet ( « Nos propositions pour le sentier du Laurier » et « Peut-on encore construire à Wasquehal?« ) ainsi qu’avec une pétition en ligne « Protégeons les abords du Sentier du Laurier » que nous vous invitons à consulter, signer et commenter (il y a déjà de très nombreux commentaires forts intéressants)

WEM

Une fois n’est pas coutume, celle qui a décidé de marcher seule s’est également exprimée sur ce sujet de premier ordre. Attenton c’est violent, travaillé, détaillé et nous espérons que ça ne reflète pas tout l’intérêt qu’elle porte à ce sujet :

Source : commentaire sur la pétition « Protégeons les abords du Sentier du Laurier »

Oui, c’est tout. Promis on n’a rien censuré et il n’y a rien d’autre, même pas sur la page Facebook de ce qu’elle appelle « l’opposition constructive »…

Le premier adjoint

Même dans ses propres rangs la majorité ne convainc pas : Jan Laarman, le premier adjoint, vient d’annoncer sa démission suite à son désaccord sur ce projet.
Il a précisé ses raisons à la presse « Je ne suis pas d’accord avec l’intention (de Stéphanie Ducret, ndlr) de construire sur les dernières terres agricoles de Wasquehal au sentier du Laurier. (…) Trop de constructions neuves ont été bâties ces derniers temps. (…) Il faut reconquérir les nombreuses friches industrielles qui restent avant de céder aux pressions des promoteurs » (cf article Nord Eclair « Le premier adjoint quitte la vie politique après «un différend irréconciliable» avec Stéphanie Ducret« ).

La suite

Doit on laisser réaliser ce projet sans broncher alors qu’une fois de plus il semblerait qu’une majorité des habitants sont totalement opposés à cette vision de notre avenir ? L’urbanisation de notre ville doit elle se faire avec comme principal objectif d’augmenter les entrées fiscales de la commune, ou alors doit elle se faire de façon réellement concertée avec tous les habitants et comme but principal d’améliorer notre cadre de vie ?
Nous croyons dans cette seconde vision des choses, nous croyons dans le pouvoir des habitants qui veulent participer activement à un projet d’une telle ampleur.

D’ailleurs nous ne sommes pas les seuls à y croire, et une réunion des opposants à ce projet devrait être organisée d’ici la fin du mois

Publicités

Fallait il voter une subvention exceptionnelle au Fémina ?

Dans un contexte de forte diminution des subventions municipales versées à nos associations, lors du dernier conseil municipal la mairie a proposé de verser une subvention exceptionnelle de près de 10 000 € au club de basket féminin de la ville (afin de lui permettre de régler un mystérieux contentieux)

Une ingérence dans la responsabilité sociale de l’association ?

L’opposition s’est vivement opposée à ce versement au point d’en quitter la séance. Voici ses explications :

Conflit d’intérêts ?

La presse locale elle croit savoir qu’UPW a quitté la séance pour un tout autre motif : un de ses élus serait concerné par ce contentieux et le groupe n’aurait donc – selon elle – pas eu d’autre choix que d’esquiver ce vote. Nous ne partageons absolument pas ce parti pris de Youenn Martin dans un de ses derniers articles consacré à notre ville : si cela était vrai l’élu concerné aurait simplement pu ne pas assister à ce Conseil Municipal !

Cette information n’aurait elle pas été transmise à la presse afin de faire diversion sur le fond du sujet tel que soulevé par les élus d’UPW ?

C’est d’ailleurs ce qui s’est passé pour une autre élue, ce que ce journaliste n’a pas constaté en essayant de « tout expliquer » (et que la majorité ne lui a évidemment pas fait remarquer !). S’il avait cherché des explications au près des élus d’opposition il aurait sûrement pu apprendre qu’une élue de la majorité WPT était absente, une élue qui est également joueuse et coach au Fémina Wasquehal Basket ainsi que la fille du vice président du club… Cette absence ne serait qu’une simple coïncidence ? Certainement…

Mais que penser du fait qu’elle avait donné procuration à un élu de la majorité qui a voté Pour en son nom (27 WPT Pour – 1 NS Contre – 6 UPW absentions ) ? Est ce bien normal qu’elle ait indirectement pris part à ce vote ?

En tout cas une chose est sûre : les subventions municipales au Fémina se portent bien mieux que les autres (remise gracieuse de loyer l’an dernier, subvention exceptionnelle cette année…). Avec plus de 100 000€ la subvention totale versée au basket féminin dépasse maintenant celle versée au nouveau club unique de football ! Tant mieux pour eux, mais comment l’expliquer aux autres associations qui n’ont pas cette chance ?
De plus le Fémina a certainement eu la chance de toucher sa subvention 2017, ce qui n’est pas le cas d’un autre club pourtant bien plus en difficulté (la Mairie de Wasquehal n’a toujours pas versé le premier semestre de subvention voté pour le CSW, manquement qui a de très graves conséquences vis à vis des licenciés du club en attente de remboursement de leur licence !)

Malheureusement nous n’en savons pas plus sur ce mystérieux contentieux du FWB, mais sur ce sujet nous avons juste entendu dire que l’avocate du club serait une personne qui était candidate sur la liste de la majorité WPT aux municipales… Certainement une nouvelle coïncidence ! Et ça non plus la presse ne l’évoque pas (mais il n’est pas trop tard pour le faire 😉 )

Wasquehal Football, un nouveau club issu d’une fusion à 3 ?

Wasquehal Football serait né du regroupement de 3 clubs : l’Entente SW, le Capreau SW et Wasquehal Futsal Club. C’est en tout cas ce que veulent faire croire le nouveau club et la majorité municipale qui l’a créé. Mais qu’en est il réellement ?

Selon Wasquehal Football le nouveau club serait né du regroupement de 3 clubs…

ESW

L’Entente Sportive de Wasquehal aura fait rêver bien des jeunes, et des moins jeunes. Petit club au niveau du foot français – mais un des plus grands clubs du Nord après le LOSC et le VAFC – l’ESW aura marqué l’histoire du foot et de notre ville depuis 1924 (notamment en coupe de France). Mais notre nouveau Maire n’aime pas tout ce qu’a construit l’ancien Maire, et elle veut laisser son emprunte sur notre ville : l’ESW doit changer de nom et devient le Wasquehal Football à partir du 1er Juillet 2017.

WFC

Que vient faire le Wasquehal Futsal Club dans cette histoire ? Est ce une bonne idée de vouloir regrouper un petit club de futsal et un grand club de foot ? Ce n’est pas évident, mais le club du fustal a négocié un accord dans ce sens avec la municipalité et a accepté son absorption au 1er Juillet… Enfin officiellement, parceque dans les faits on ne peut vraiment pas dire que ce soit le cas :

  • leur page Facebook n’a toujours pas changé de nom ni de logo, ni d’adresse mail : aucune mention du Wasquehal Football. Idem au forum des associations, pas de changement de nom ni de logo, tout continue comme si le WFC existait encore !
  • et ce n’est pas mieux du côté du WF, le club « unique » n’a fait aucune information sur le futsal depuis l’annonce de rapprochement annonce faite il y a 2 mois et il n’y a aucune mention d’une section futsal sur leur site internet (à part en pied de page) : pas de présentation, de calendrier ni même de planning d’entrainement !

Alors un rapprochement peut être, mais un regroupement – ou une fusion – ce n’est concrètement pas du tout le cas à ce jour ! C’est surtout de la comm qui permet de laisser croire au succès du projet municipal de club unique…

CSW

Près de 500 adhérents ont voulu défendre leurs valeurs et leurs 80 ans d’histoire, ils ont refusé de se voir imposer une fusion synonyme de perte d’autonomie et de leur esprit familial. Contrairement à ce qui se passe dans d’autres villes dans une telle situation de blocage, la Mairie de Wasquehal a été jusqu’au boutiste et leur a fait payé très cher leur opposition avec le retrait de subvention et d’accès aux terrains. Mais le club n’est pas encore mort, il a « juste » tout perdu pour cette saison 2017/2018 en attendant un jugement favorable sur le fond de ce dossier.
Et « cerise sur le gâteau » on notera que la Mairie ne leur a même pas versé leur 6 mois de subvention 2017, alors qu’elle avait bien été votée en Conseil Municipal ! Même technique qu’avec l’association Ferme Dehaudt, étrangler financièrement et faire croire à une mauvaise gestion… sauf que cette fois ci en plus d’être très vicieux ça impacte aussi les adhérents qui attendent le remboursement de leur cotisation (maintenant ils savent à quelle porte aller frapper).

En attendant l’ESW a récupéré leur subvention à partir de mi 2017, leur stade pour cette saison et il a créé une « section Capreau » (mais pas au niveau du CSW) ; par contre évidemment le club du Capreau ne s’est pas « regroupé » avec l’ESW ! Comment un club de cette envergure peut il écrire un tel mensonge sur toutes les pages de son site (c’est écrit dans le « pied de page » et apparait donc à toutes les pages du site) ? C’est consternant, en plus d’être certainement totalement illégal…

« L’équipe première du Capreau a été rayée du championnat de Régional 2 alors qu’elle avait sportivement gagné son accession sur le terrain… L’équipe 3 Séniors repartira en cinquième division de district » (source VDN 31/8)

Selon la majorité il fallait « remettre de l’ordre dans les activités du foot à Wasquehal »,
pourtant on a vraiment l’impression que c’est l’inverse depuis quelques semaines !

La Mairie a t elle vraiment voulu une fusion ?

On peut très sincèrement en douter, surtout après le large refus lors du vote des adhérents du CSW en Février 2017. Qu’est ce qui nous fait dire cela ? Les faits ! Renseignements pris au niveau des plus hautes instances du football français (ligue & fédé) il n’y a jamais eu le moindre dossier de fusion de transmis par la Mairie ou par l’ESW. Un premier dossier aurait dû être transmis au plus tard à la Fédération le 30 Mars, il aurait dû être bouclé au plus tard pour le 1er Mai pour ensuite mener à la dissolution des clubs et à une fusion au plus tard le 1er Juillet.

Donc administrativement depuis fin Mars une fusion n’était plus possible, or même après cette date on a voulu nous faire croire qu’il était encore possible de rapprocher les clubs, et aujourd’hui on fait comme si les 3 clubs s’étaient regroupés alors que c’est totalement faux : l’ESW a juste changé de nom, il a en apparence absorbé le futsal et la mairie fait tout pour détruire définitivement le CSW. Par contre maintenant avec son club unique la Mairie a totalement la main sur tout le monde du foot Wasquehalien…

Quel rapport avec la politique ?

Dès qu’une personne ne pense pas comme ceux qui ont géré ce dossier, elle est accusée de « politiser le débat ».
Mais pour quelle raison l’ESW n’existe plus et le CSW n’a t il plus de terrain ni de subvention ? Par décision du Maire.
Qui a tenté par tous les moyens de convaincre les adhérents du CSW de quitter leur association ? La Maire.
Pourquoi tant d’enfants se retrouvent soudain sans club, un quartier se voit il privé de son association emblématique ? A cause d’une décision du Maire.
De quel soutien a besoin le nouveau club pour conserver ses subventions municipales et espérer un jour obtenir une tribune ? Du soutien du Maire.
De qui est composé le Conseil d’Administration du club ? De nombreux politiques et membres de leur famille (comme la Maire et son mari… soit 9 membres sur les 20 du CA)

Alors SVP arrêtez avec les demandes de « ne pas politiser le débat », le lien entre la politique et le football wasquehalien est évident et indiscuptable, on ne peut pas nous demander de nous taire sur un sujet aussi polémique et qui implique autant les « politiques ».

Et non Mr Chikhi nous n’avons absolument rien contre le Wasquehal Football, bien au contraire : nous aimons le foot et notre ville mais pas au point d’en être aveuglés. Rien ne nous empêchera de dénoncer ce qui nous choque dans les décisions prises ces dernières semaines, même si cela risque de déplaire à certains de nos lecteurs.


Quel avenir pour les terrains du Capreau ?

Les terrains du Capreau avaient été légués à la ville par Mr Tiberghien mais à condition d’y faire jouer les jeunes du quartier. C’est peut être juste pour cette raison que le terrain synthétique n’a pas encore été vendu et n’a pas pu se transformer en « source de revenu pour la ville » comme prévu dans le projet de la Mairie… Espérons que la Mairie ne trouve pas une faille juridique pour contourner cette obligation.


Sur le même sujet : tribune d’UPW à paraitre dans le Wasquehalien d’Octobre

Nous attendons toujours une réaction de l’autre « groupe » d’opposition sur ce sujet… comme sur beaucoup d’autres !

La vidéosurveillance nous protège t elle à Wasquehal ?

Promise il y a 3 ans, maintes fois reportée, la vidéosurveillance a enfin commencé avec 3 caméras installées en Avril 2017 autour de la Mairie… mais c’est bien trop peu de caméras et surtout d’une grande inefficacité depuis 5 mois ! Explications.

Paroles…

Installation en cours en 2014 selon le bilan des 6 mois de mandat de WPT

On peut dire qu’on en aura parlé de ces caméras ! Depuis le temps que cette « priorité » est un axe de communication majeur de notre Maire : plusieurs articles et annonces dans le journal municipal, informations dans la presse locale, annonces lors des voeux… Tout ça pour juste pour quelques caméras péniblement installées autour de la Mairie, alors que les nombreuses autres caméras elles se font toujours attendre (contrairement à Mouvaux qui en a installé 47 depuis 2014 !)

Communication à tout va, mais information à minima !

Installer 3 caméras autour de la Mairie c’est plutôt simple, mais loin de suffir ! En premier lieu pour pouvoir installer des caméras sur la voie publique il y a une obligation évidente d’INFORMATION du public :

-> le Maire a obligation d’informer de façon claire et visible avec des panonceaux <-

Source : Courrier des Maires

Sauf que chez nous il n’y a rien, pas la moindre information sur le fait que nous sommes filmés autour de la Mairie, et encore moins sur les panneaux aux entrées de la ville (comme ça se fait dans toutes les autres communes réellement sous vidéoprotection comme Marcq ou Mouvaux). Même si nous ne sommes pas juristes il y a très fort à parier qu’en l’absence de cette information l’utilisation de ces images des caméras ne serait pas légal : elles seraient donc inutiles ! (sur ce sujet voir aussi la tribune de ce mois du groupe UPW)

Où sont ces panneaux ?

Toujours en test ?

Des caméras c’est bien, mais s’il n’y a personne derrière elles perdent une grande partie de leur intérêt. Or aux dernières nouvelles il n’y a toujours personne en live au bout du fil : les images sont juste stockées «  dans une salle test, dans un ordinateur test  » car nous ne sommes pas raccordés au Centre de Supervision Urbain de Roubaix.
Bien sûr ça ce fera un jour, mais ça a un coût et entraine des charges de 24 000€ par an (plus d’un euro par an et par habitant) donc chaque mois non raccordé permet d’économiser un peu… mais sur le dos de notre sécurité !

Des caméras fictives ?

Au dernier CM notre Maire disait que des caméras fictives seraient illégales, pourtant vous avez bien compris qu’en l’état actuel nous n’en sommes pas si loin puisqu’il semblerait que nos rares caméras ne servent à rien depuis 5 mois… alors que nous pensions tous le contraire !

Bref pour l’instant c’est juste un coup de comm’, un de plus…

Source : VDN

 

Fonctionne aussi avec un M au lieu du BR ?

 

La vérité sur les rythmes scolaires à Wasquehal

Dans le journal municipal de ce mois notre Maire fait personnellement un focus sur les changements de rythmes scolaires de la rentrée 2017. C’est très bien sauf que l’histoire a été totalement réécrite à sa petite sauce !

« j’ai vu la Mairie imposer l’école le Samedi matin »

Wasquehalien Sept 2017

Selon elle alors qu’elle était élue d’opposition elle aurait donc subi le choix de papa Gégé, ce Maire autoritaire qui n’en faisait qu’à sa tête et, c’est bien connu, qui n’écoutait pas son opposition… pas cool, mais ça c’était avant non ?

Un vote à l’UNANIMITE

Il nous semblait pourtant que le choix du Samedi matin avait été voté à l’unanimité en Mars 2013, ce qui inclus donc le vote de notre Maire actuel : elle était donc « complice » !

Wasquehalien de Juin 2016

En 2013 notre Maire était bien en faveur du Samedi matin !

Même si le blog de l’association citoyenneté de notre Maire a été supprimé il y a quelques jours, nous avons réussi à retrouver la trace de son intérvention de l’époque :

En Mars 2013 lors du Conseil Municipal traitant de ce sujet elle avait très clairement pris position POUR LE SAMEDI car c’était mieux pour les enfants, les familles, les associations, l’organisation et les finances de la commune.

Quelques jours plus tard sa position était moins claire lorsqu’elle a appris qu’un sondage au près des parents n’allait pas du tout dans son sens, mais ça n’enlève rien au fait qu’elle ait bien voté pour et défendu les cours le Samedi. Elle n’a nullement subi le choix de ma mairie (#cestpasmafaute).

Pourquoi ?

Pourquoi une fois de plus vouloir nous cacher la vérité ? Comment peut on avoir voté pour, avoir défendu le projet du Samedi matin, et maintenant prétendre le contraire (alors que ça peut se prouver très facilement) ?

A nos yeux il y a plusieurs explications possibles à son changement de cap.
La promesse de baisse des impôts sera très compliquée à tenir, et chaque année il faut trouver de nouvelles sources d’économies : la possibilité de mettre fin aux TAP est une aubaine que notre Maire ne pouvait pas rater ! Une fois de plus, les finances sont le premier critère de choix.
Ensuite la position de notre Maire dépend du sens du vent… En Avril 2013 lorsque la candidate apprend que les parents ne partagent pas son avis elle a tenté d’embrouiller tout le monde sur sa position en semblant moins fan des cours du Samedi. En 2017 face à un pseudo sondage des parents autour d’une question mal tournée elle compte surfer sur ce résultat quasi unanime pour faire croire qu’elle est pleinement à leur écoute. Coup double !

Et la démocratie ?

Il existe une instance dans laquelle ce sujet aurait dû être débattu en Juin : le Conseil Municipal. Mr Vignoble l’avait fait et avait écouté les avis de tous, ce n’est pas le cas de Mme Ducret qui n’a pas débattu publiquement de ce sujet avec l’ensemble des élus, ni même d’information de ces derniers.
Sacrément culotté pour quelqu’un qui reproche à son prédécesseur d’avoir imposé son choix !

Notons enfin que si notre Maire avait absolument voulu répondre aux attentes des nombreux parents contre l’école le Samedi, elle aurait pu passer à l’école le Mercredi matin dès la rentrée 2014… elle l’avait promis mais elle ne l’a pas fait. Et oui, pas tant à l’écoute que ça notre Maire quand ça ne l’arrange pas !

Que reste-t-il de notre Wasquehal ?

3 ans c’est bien peu, pourtant il n’en aura pas fallu plus à notre nouveau Maire pour transformer notre belle commune en cité dortoire. Quand celle qui aime se faire appeler la « nettoyeuse » se revèle finalement être une « effaceuse »…

On nous avait promis de sortir les cadavres du placard, mais à la place nous avons droit à bien d’autres cadavres…

Wasquehal Plage

Quelques jours après l’élection voici la première surprise de taille de la nouvelle majorité : Wasquehal « pour tous » veut supprimer l’événement majeur de l’été des wasquehaliens ! Réaction immédiate des intéressés avec création d’une page facebook « 1000 personnes pour Wasquehal Plage » et manifestations par le collectif ‘vos portes parole’ (expulsé du Conseil Municipal).
La Mairie cède en apparence en promettant « la même chose en moins cher « , mais en réalité elle ira bien jusqu’au bout de son idée par étapes
avec un Esti Wask 2014 deux fois moins long et bien moins d’animations, un Esti Wask 2015 trois fois moins long et qui n’aura pas lieu car la Maire se consacrait à sa réélection, un « l’été sera beau » en 2016 sans sable, avec des animations low cost et une très faible fréquentation, et presque plus rien en 2017.
Premier héritage de l’ère Vignoble effacé : objectif atteint… pour notre Maire.

Association ferme Dehaudt

Une association à envergure départementale, certainement la préférée des Wasquehaliens : qui aurait pu imaginer que notre « coeur de Maire » allait aussi s’en prendre à elle ? Et pourtant cet autre héritage de l’ère Vignoble fut également une de ses premières cibles : du foin qui serait mal placé, des comptes qui seraient dans le rouge, un Conseil d’Administration qui serait politisé, voici le cocktail sécurité / finances / politique qui serait à l’origine des foudres de notre Maire. Ces arguments sont bien peu crédibles et les adhérents de l’association s’opposent logiquement au putsch tenté par la municipalité, les habitants manifestent… mais la Mairie ne veut rien entendre et les sanctions municipales tombent : retrait de subvention et menace de retrait de l’accès aux structures municipales (indispensables à l’asso). Quelques mois plus tard l’association se voit contrainte de mettre la clé sous la porte, de licencier ses salariés, de placer ses animaux… notre Maire a atteint un nouvel objectif de destruction, et elle peut mettre la main sur cette activité.
Depuis tout le monde sait que la ferme propose beaucoup moins de prestations pour tous (plus d’accueil spécialisé, de tours en poney à 2€, ateliers de vacances…) et surtout qu’elle nous coûte 3 fois plus cher que du temps de l’association.

Ville 4 fleurs

Notre ancien Maire voulait une ville agréable à vivre, un cadre de vie verdoyant, aéré, propre… Notre environnement n’était pas parfait, mais malgré tout il était envié par de nombreuses autres communes, nous étions même dans le club très fermé des 4 villes de la métropole ayant depuis plusieurs années la plus haute distinction du label national des villes fleuries.
Oui mais ça c’était avant ! L’entretien se fait bien plus rare, le fleurissement également, la ville préfère donc abandonner son prestigieux label. Gérard Vignoble n’est plus Maire, Stéphanie Ducret veut tourner la page avec une ville qu’elle définit comme « plus moderne » : les petites fleurs ce serait « has been » et quand on remplace la verdure par du béton on y ajoute juste de la couleur avec des tags, ça coûte beaucoup moins cher !
Un sujet facile à traiter pour la majorité, on dépense moins et ça ne crée pas de manifestations, même pas besoin de l’avouer ni encore moins de l’expliquer aux habitants, de toute façon c’est comme ça et pas autrement (manquerait plus que les habitants veuillent donner leur avis aussi ! il faut déjà faire semblant avec les conseils de quartier et des sages…)

Capreau Sports Wasquehal

Une main de fer oui, mais certainement pas dans un gant de velours ! Le CSW en sait quelque chose, cette association de 500 adhérents emblématique de tout un quartier n’a pas accepté la fusion que voulait lui imposer notre Maire, elle a donc connu le même sort que l’assotiation Ferme Dehaudt : mêmes reproches (sécurité / politisation…), mêmes réactions (refus du projet municipal, manifestations…) et mêmes sanctions (retrait de subvention et de l’accès aux structures municipales). Et en passant on en profite pour tacler « gégé » en changeant le nom de l’ESW, son club fétiche !
Une autre association tuée, la voie est libre pour que la majorité prenne totalement la main sur le football Wasquehalien, et tant pis pour les adhérents et les habitants, de toute façon d’ici les prochaines éléctions municipales ils auront sûrement oublié, et pour se faire pardonner quelques travaux par chez eux d’ici 2020 devraient suffir…

Wasquehal Plage – Montessori – Association Ferme Dehaudt – Capreau Sports Wasquehal

Et tant d’autres disparitions encore…

Associations ou animations, tout ce qui rappelle Gérard Vignoble ou n’est pas assez « moderne » aux yeux de la majorité n’a plus sa place chez nous. Départ des cyclistes du Team Wasquehal et de l’ANHF Bateau école, disparition du musée des pompiers, du théâtre de marionnettes Louis-Richard (TLR), du spectacle de Cirque Arlette Gruss, de la crèche du centre, de la cérémonie des Wasks, du Cabaret patoisant, de l’association ICAPI, des salons du Modelisme (Modélisme passion), de la Gastronomie, du Livre Ancien, Wasqu’Art-floral, les anniversaires à Turgot…
Bien sur il reste de nombreuses associations et animations dans notre ville, mais la liste des portées disparues depuis 3 ans est déjà bien trop longue. Et surtout elle est très loin d’être compensée par les rares nouveautés comme les salons du chat, des motos vintages, du commerce ou le business club.

A cela viennent s’ajouter toutes ces associations qui souffrent, plus ou moins en silence (comme le cas de La Tulipe révélé récemment dans la presse ou Solidarité Wasquehal) et d’autres disparitions ou rabottages dans les attributions municipales (classe passerelle de l’école Charles Perrault – ex Montessori, banquet des ainés, cantines, durée des colonies, baisse du service rendu à la population avec prochainement la fermeture de la Mairie le Samedi matin…)

Il est loin le temps des « Ce qu’il a fait de bien nous le conserverons, bien sûr », le temps des promesses de nous donner le pouvoir de choisir (chèque association) et de répartir la moitié du budget des associations de façon équitable (charte avec conditions d’attributions).
A la place on nous dit que Wasquehal se modernise
: municipalisation d’association, obligation à fusionner, permis de construire accordés à la pelle avec immeubles ayant un « prospect » minime (espace entre deux bâtiments), bétonnage des espaces verts avec incitation aux tags, pose de hautes barricades noires…

Depuis 3 ans notre ville est dirigée avec deux obsessions

  • les économies à tout prix : baisse des subventions, des prestations et des effectifs de la commune, augmentation des tarifs municipaux et de l’assiette fiscale (nouveaux logements)… sacrifices jugés indispensables pour pouvoir baisser nos impôts de quelques euros
  • la maîtrise de tout ce qui se passe dans notre ville : prise de pouvoir dans les associations, récupération d’événements… rien ne doit échapper au contrôle de la Mairie, même si cela doit se faire en risquant de porter atteinte à la liberté d’association.

Mais qu’on se rassure, il parrait que tout va bien dans notre ville, qu’il ne s’y passe rien de grave et qu’on devrait se satisfaire des petites baisses d’impôts plutôt que de se plaindre… sauf que ce n’est pas du tout ce qu’on nous avait promis, et que c’est très loin d’être fini…

Alors allez vous continuer à faire aveuglément confiance à cette majorité,
ou allez vous enfin vous décider à vous intéresser activement à notre ville ?

Ayez confiance, tout va bien…

 

Coup de sifflet final pour le Capreau Sport Wasquehal

Hier soir, près de 500 adhérents d’une association emblématique de notre ville ont vu leur club de football prendre une lourde décision, mais la meilleure pour tous compte tenu du contexte imposé par la Mairie : le CSW n’engagera finalement aucune équipe cette saison, les joueurs, éducateurs et dirigeants sont libres, et les nombreux adhérents qui s’étaient réinscrits cette année vont se faire rembourser leur licence 2017/18.

Source : site du CSW

80 années d’histoire, de vie associative intense pour tout le Capreau ainsi que pour la ville, de belles victoires mais aussi des défaites dignes, de nombreux titres, près de 40 ans de tournois internationaux U10 et U12… tout cela prend fin aujourd’hui juste par la volonté d’une personne qui se croit investie de tous les pouvoirs, au point de prendre des décisions qui vont à l’encontre de la liberté associative et de ce que veulent les citoyens.
Cette belle histoire prend fin à cause de la nouvelle majorité municipale, mais aussi à cause de la majorité des wasquehaliens, ceux qui ont cru dans les belles paroles de Wasquehal Pour Tous (respect, liberté, citoyenneté & co) ainsi que tous ceux qui n’ont pas cru utile de retourner voter aux municipales de Septembre 2015…

Le CSW a gardé son âme jusqu’au bout, lui n’a pas préféré la vendre…

Comme ceux de l’association Ferme Dehaudt, les adhérents du CSW n’ont pas voulu céder aux pressions de la Mairie, ils sont resté droit dans leurs bottes et ont tout fait pour se défendre face à ces décisions arbitraires. Comme pour la Ferme le temps aura eu raison de leur combat, la Maire ayant tout fait pour arriver à ses fins, pour imposer son choix.

Pendant ce temps là d’autres ont un comportement bien moins sportif, et prétendent avoir réussi une « union » ! Certes ça a réussi avec le Futsal, mais ce slogan ne trompera pas grand monde, et confirme juste l’esprit dans lequel se construit ce nouveau club.
C’est une grave erreur que de penser que la majorité des adhérents du CSW étaient avant tout fidèles à leur terrain du Capreau et qu’il suffit de leur faire croire que tout peut continuer « comme avant ». Evidemment ce ne sera pas le cas, et de nombreux adhérents préféreront quitter notre ville pour d’autres clubs qui eux sont bien dans l’esprit du CSW. D’autant plus que les joueurs de la « section Capreau » ne joueront pas au très haut niveau auquel les équipes du CSW étaient arrivées, s’agissant de nouvelles équipes elle repartieront au niveau le plus bas ! Preuve supplémentaire qu’il ne s’agit en rien d’une fusion, d’une union, mais bien d’une destruction suivi d’une tentative de récupération des effectifs.

Ordonnance du 27 juin 2017

Ainsi va la vie associative de notre ville depuis 3 ans, et ce n’est pas fini…

NB : il nous semble important de préciser que le courrier envoyé par le CWS au district ne passera en commission que le 29/8, donc il ne prendra effet qu’après cette date.